Les manifestants guyanais ont finalement obtenu gain de cause

Un contrat a été signé, le 21 avril 2017, portant sur un montant de 3 milliards d'euros. Ce montant doit notamment permettre la construction de nombreux établissements scolaires. Précisions.

L’accord de Guyane a été signé le 21 avril 2017 par le Collectif “Pou Lagwiyann Dékolé”, les socioprofessionnels, les élus et l’Etat. Cet accord englobe dans un premier temps le plan d’urgence immédiat d’1,1 milliard d’euros pour assurer “des progrès essentiels en matière d’éducation, de santé ou de sécurité“. Il confirme ainsi le plan d’urgence acté en Conseil des ministres le 5 avril, dont 50 millions d’euros par an pour soutenir les constructions scolaires.

Il est prévu de construire cinq collèges et dix collèges en cinq ans. L’accord prévoit de porter de 10 à 15 millions d’euros par an la dotation aux communes pour construire des écoles.

250.000 hectares cédés aux collectivités guyanaises

L’accord signé le 21 avril 2017 acte aussi une enveloppe de 2,1 milliards d’euros supplémentaires, revendiqués par la Guyane. Dans un communiqué, la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, précise : “En actant également la demande de mesures supplémentaires du Collectif et des élus à hauteur de 2,1 milliards, présentée le 4 avril dernier, l’Etat s’engage à travers l’Accord de Guyane à ce qu’elles fassent l’objet d’un examen prioritaire pour mettre en œuvre un plan additionnel“.

Pour Ericka Bareigts, cet accord “acte des avancées considérables” notamment dans les domaines du BTP, des transports, des activités minières, du logement, des énergies renouvelables, de la filière bois et des TPE.

Selon l’AFP, sur le foncier, l’État s’engage aussi “à céder gratuitement 250.000 hectares à la Collectivité Territoriale Guyanaise et aux communes de Guyane“, et 400.000 hectares aux Amérindiens et Bushinengués. Les détails du contenu de cet accord seront prochainement publiés au Journal Officiel.

Comments are closed.